Docteurs

Cancino Franklin Alejandro Patricio

Mémoire historique, vision du monde et espaces d’organisation sociale dans le monde amérindien contemporain : les communautés rarámuri (tarahumara) du nord-ouest mexicain XXe – XXIe

Thèse préparée sous la direction de Pierre Antoine Fabre et soutenue le 6 février 2015 à l'université ibéro-américaine de Mexico (mention très honorable, avec félicitations du jury à l'unanimité)

Au Mexique, le groupe indigène le plus nombreux au nord du tropique de Capricorne est le rarámuri situé dans la région connue comme « Sierra Tarahumara » au sud-ouest de Chihuahua. Les rarámuri, comme la plupart des indigènes au Mexique, vivent en marge de la société. Il y a une grande différence entre la culture des communautés traditionnelles indigènes et la culture dominante mexicaine. Cette différence n’est malheureusement pas considérée dans toute son importance et elle est à l’origine de nombreuses difficultés dans les relations entre le gouvernement mexicain et les peuples indigènes, surtout dans le contexte actuel de revendication des identités culturelles.  

En 1994, il y eut une transformation sociale chez les indigènes, notamment à partir du soulèvement zapatiste. Chez les rarámuri le changement s’est manifesté dans un mouvement issu d’autorités traditionnelles indigènes appelé PROFECTAR (Projet de foi partagée en Tarahumara). Ce mouvement est né à partir de l’Eglise (catholique) locale, il prend cependant une certaine autonomie à l’égard de l’Eglise. Ce fut la première fois, dans l’histoire récente des rarámuri, que les autorités indigènes s’y sont rassemblées. Selon nous, le PROFECTAR, serait en train de contribuer au renouveau de l’identité indigène rarámuri actuelle dans un nouveau contexte national et international. Les autorités indigènes rarámuri - gouverneurs ou siríame- qui y participent constitue le groupe à étudier. Or il s’agit d’une société de culture orale, et les discours des autorités indigènes constituent un des éléments de la pensée rarámuri formée par des récits réélaborés selon le vécu du groupe et le charisme personnel de l’autorité. Ces discours sont un échantillon de ce qu’est la vision du monde rarámuri plus large, où s’insère la mémoire historique et l’organisation sociale. Il s’agit donc de mieux connaître la vision du monde rarámuri, à partir de l’analyse et de la comparaison des discours des autorités traditionnelles dans un nouveau contexte social et politique. La problématique est encadrée dans la construction de l’identité rarámuri à l’égard de l’interaction avec d’autres groupes, en considérant le rôle de la religion dans l’enjeu social : axe qu’il faudrait préciser et affiner davantage, mais en référence au terrain (janvier 2010).

Ehess
cnrs

flux rss  Les actualités

Réforme catholique, religion des prêtres et « foi des simples » Etudes d'anthropologie religieuse (XVIe-XVIIIe siècles)

Extrait : Au cours des quarante dernières années, les historiens des phénomènes religieux ont beaucoup discuté des réformes postconciliaires, de la « déchristianisation » ou de la « religion (...)

Lire la suite

Catholicisme en France: état des lieux

Journée d'ouverture du séminaire

Lire la suite

Sacré liens ! Étudier les liens en sciences sociales des religions

L'atelier doctoral organisé par les doctorants du CARE/CRH et du CEIFR.

Lire la suite

CARE 10 rue Monsieur Le Prince 75006 Paris (mail : care [at] ehess.fr)