Recherches

Histoire des réformes liturgiques dans l’Europe moderne et contemporaine

L’histoire de la liturgie repose encore en grande partie sur les hypothèses formulées au XIXe siècle par Dom Prosper Guéranger dans ses Institutions Liturgiques. Or, même si cet ouvrage fait preuve d’une extraordinaire érudition, celles-ci sont d’abord fondées sur les convictions d’un catholique intransigeant, soucieux de restaurer une romanité pure alors que cette liturgie a été “ corrompue ” par les diverses tentatives “ gallicanes ” et jansénistes du XVIIIe siècle. Depuis octobre 2002, le séminaire du Centre d’anthropologie religieuse européenne s’est attaché aux questions de la liturgie catholique à l’époque moderne et contemporaine. Il s’agit d’analyser précisément les moments où ont été introduites les réformes liturgiques et les logiques à l’œuvre dans le travail des réformateurs  à l’époque moderne et contemporaine: on compte ici partir des réformes consécutives au Concile de Trente et des révisions des livres liturgiques qu ‘elles ont entraînées. Comment ont-elles été reçues et appliquées dans les divers diocèses européens ? Comment les “ usages ” locaux ont ils résisté (ou non) aux réformes romaines ? On examinera donc ici tout à la fois le travail des commissions de liturgie romaine créées pour la révision des livres, celui de la Congrégation des rites appelée à trancher les affaires qui lui sont soumises, mais aussi des réformes locales et en particulier des réformes dites “ néo-gallicanes ” qui suscitent tout à la fois une suspicion à Rome (d’où de copieux dossiers dans les archives de la congrégation de l’Index : ainsi pour le Bréviaire de Paris de 1736, placé pourtant sous l’autorité de Mgr de Vintimille, antijanséniste notoire, ou pour le Missel de Troyes rédigé la même année sous celle de Jacques-Bénigne Bossuet, neveu du prédicateur et janséniste notoire)  et une réaction qui vise à réformer le bréviaire (Commission de réforme de Benoît XIV, créée en 1741 et qui ne débouche cependant sur aucune décision). Au sein de ce parcours historique, on ne négligera ni les tentatives de réforme liturgiques mises en chantier par les Conciles de l’ex-église constitutionnelle ni la chronologie de l’adoption de la liturgie romaine par les divers diocèses français au XIXe siècle. Enfin, la réforme liturgique de Vatican II (ses antécédents dans le mouvement du “ renouveau liturgique ” de la première moitié du vingtième siècle), comme aussi ses conséquences (modification de la configuration de l’espace, conception de la communauté chrétienne, schisme d’Ecône, etc…) feront l’objet d’un volet spécifique de l’enquête. L’idée directrice de cette enquête est d’allier  un fil de longue durée avec la constitution de dossiers ponctuels constitués aux moments “ forts ” de cette histoire (c’est à dire ceux où les antagonismes permettent de documenter les enjeux en présence). Au terme de l’année 2005-2006, un volume issu de ce séminaire sera mis en chantier.

Ehess
cnrs

flux rss  Les actualités

Réforme catholique, religion des prêtres et « foi des simples » Etudes d'anthropologie religieuse (XVIe-XVIIIe siècles)

Extrait : Au cours des quarante dernières années, les historiens des phénomènes religieux ont beaucoup discuté des réformes postconciliaires, de la « déchristianisation » ou de la « religion (...)

Lire la suite

Catholicisme en France: état des lieux

Journée d'ouverture du séminaire

Lire la suite

Sacré liens ! Étudier les liens en sciences sociales des religions

L'atelier doctoral organisé par les doctorants du CARE/CRH et du CEIFR.

Lire la suite

CARE 10 rue Monsieur Le Prince 75006 Paris (mail : care [at] ehess.fr)